Épiderme


7 avril 2014

Bien grasse, cent quarante livres ce matin :
Mes lourdes cuisses se collent sous mon urètre,
Mes intestins gonflés se crispent de mal-être,
Un muffin d’abdomen, une vieille catin.
 
Mes globes vicieux activent le baratin :
« Bon : combien à perdre ? Combien de centimètres? ».
Plus un glucide en moi. Capricieux paramètres.
Mes poumons ceinturés, mon haleine de gratin.
 
Absence de paix sur mon contenant de chair :
Cellulite incrustée, eczéma en jachère,
Mon derme gris troué : varicelle arrachée.
 
Là, je déborde d’une scoliose étroite.
J’empeste aujourd’hui la jeunesse gâchée.
Je suis difforme – cent quarante livres – et moite.

2 thoughts on “Épiderme

  1. Outstanding post but I was wondering if you could write a litte more on this subject? I’d be very grateful if you could elaborate a little bit more. Bless you!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.