Petites fins du monde très douces


, p. 11-15.

7 h 06
il faudra bien arriver
à la solution qu’on avait trouvée trop obscène
détachée du réel
et gommée à la surface des choses :
appuyer son visage contre le monde
ou sur une fenêtre givrée
repérer les trous dans le budget
de Carlos Leitão
contempler les vieillards mourir
en regardant La Poule aux œufs d’or
ce n’est pas encore l’apocalypse rassurez-vous
le moment venu
il y aura des journalistes

8 h 17
il n’y aura jamais eu
de paroles échangées
tout ce qui s’est passé avant ce jour
au comptoir du Tim Horton
entre deux beignes et un café noir
c’étaient des gestes appris répétés
nos rencontres et échanges futurs
seront des slogans publicitaires

12 h 12
d’ores et déjà c’est perdu d’avance
depuis le jour où j’ai vu
des robineux jaser avec des morceaux de verre
tessons et autres vestiges
des ordures jetées par des ménagères
leurs maris les battent parce que le fer est chaud
une cannette de bière
du frigidaire au sofa
une cannette de bière
la nouvelle dialectique du busboy
discours creux de circonstance
jusqu’à l’extinction des enfants
tués par mégarde
un escalier
un couteau
un viol
ceux qui restent
hagards 

 

18 h 24
j’écoute plus les nouvelles
c’est une éthique
une diététique
un art de vivre du nouveau monde
de poubelles et de containers
on veut faire chic
on veut hausser le PIB
il ne reste plus rien à dire vraiment
j’ai beau faire le tour de la terre
je reviens au même endroit
un dépotoir où vivent des no name
Jésus a dit soyez bons mes frères
mes frères sont ceux qui se font sucer
par des mineurs dans des toilettes de centres d’achats
j’aurai vu ma mère mourir dans
un hospice où on fait manger des cadavres
à ceux qui agonisent
des enfants découpant leurs voisins
pour cinq piasses des fois moins
c’est loin de la coupe aux lèvres
ou de sniffer de la colle Lepage
et le cannibalisme à l’heure du thé
fait que non
j’écoute plus les nouvelles

22 h 07
Jésus est mort crucifié sur une croix gammée
je vous le dis parce que j’y étais
spectateur gaucher
angoissé à l’idée
de devenir ambidextre
le cortège d’anges qui le suivait
voyageait avec American Airlines