La prose du bon exemple


, p. 33-37.

La PROse du BO N E X EMple

Menu Leçon du jour : s’extirper!

L’ambiance de procès découle de la position surélevée que la Tante-Aux-Fourneaux doit au coussin de laine minérale fourré sous le prélart flottant pour protéger ses pieds au creux de l’hiver où elle menace de maintenir Joufflu s’il refuse de prendre le bateau, selon les termes de navigation qui font le tour de la bouche aux belles couronnes, après avoir fait le tour de la télévision chasse-et-pêche; saborder une soirée, jeter du lest, se tuer à contrevent, ne manque pas le bateau, Joufflu, sans quoi tu t’enfonceras dans les profondeurs glacées comme le sol qui gèle si vite en nos campagnes privées, que nous tenons à parts entières, d’aussi belles parts que celles de la tarte que mijote le Fourneau-de-la-Tante en exhalant son parfum punitif, tentateur, vers l’accusé accoudé au comptoir : mon faux frère, le doux pervers, Joufflu, salivant entre ses longs poils faciaux amollis par l’indécision d’une adolescence qui ne me fait pas horreur à moitié autant que les désirs qu’elle a éveillés en lui de se vider par en-dedans pour y dégager l’espace nécessaire à loger le rêve d’une autre ville, d’une ville simplement, avec des rues qui mènent d’un endroit à l’autre sans les fautes de continuité qu’obligent les vidéos et photos glanées sur l’Internet de l’Astucière! L’Astucière se trouve en vacance d’espace, hors la grande maison du bas du rang prêtée sans les arrière-pensées que nous déménageons de bon gré, mon faux frère le doux pervers, Joufflu, et moi son frère oculaire, témoin personnel, témoin occulté de ce procès aussi verbal que le peut la Tante-Aux-Fourneaux, c’est-à-dire en manèges à fourgons répétés du bas au haut de la grande roue, un à la fois passant devant le guichetier, se remplissant de fiel et amorçant sa remontée pour contrebalancer le suivant qui se vide aussi aisément que le derrière de Joufflu dont nous connaissons bien les amarres lâchées à répétition, depuis toujours, depuis tous les jours que le Bon Dieu de la Tante-Aux-Esprits lui a confiés sans contrat de guenilles, de couches lavées avec amour et de menus savamment complexifiés en l’honneur des faiblesses du faux fils qui lui cause aujourd’hui tout ce chambardement, ce désespoir, ce coup au cœur, ce cœur au cou bien visible dans les pulsations qui agitent sa veine maternelle connectée sur le frère décati sans repentir, sans remonte-pente, pauvre Tante-de-la-Grande-Remontée qui n’a pas de troisième œil chez l’Astucière! Pour voir ce qu’y mijote le faux-cul de son fils emprunté sans bon du Trésor! Sans mots doux en général! Toujours prêt à se vider d’urgence pour aspirer par le mauvais trou l’air du large, de l’extra-large qu’il a toujours porté, Joufflu enflé de pressentiments, comme un animal traqué par la bête qu’il n’a pas eu besoin de piège pour attraper, puisqu’elle s’est bien sûr prise en lui surpris vipère au poing sur les ondes déversées d’une prodigieuse antenne dépassant en mètres d’altitude le plus haut mont de nos campagnes, vers le ciel de la Grande Toile, toujours plus large, extra-large, la bâche maudite par la Tante-Aux-Mille-Inquiétudes, à tout le moins une par photo que nous cueillons, une par photo que nous semons, une par vidéo que nous téléchargeons sur nos dos de bêtes de trait au moins aussi patientes que celles qu’il aurait fallu apprendre à aimer, en est-elle venue à statuer du haut de la cuisine où elle les mijote, ces bêtes moutons et le bête regard de Joufflu perdu dans le vide de l’assiette sans tarte, sans compote fraises-rhubarbe bien chaude en son cocon de pâte. Ce soir nous sommes pourtant affamés sans compter, et assoiffé, le Joufflu, de la distance à mettre entre le bêlement de l’animal et sa chair fraîche disposée dans l’assiette, selon les habitudes hygiéniques des villes où la nourriture correspondrait enfin à des dollars bien secs plutôt qu’à d’humides filaments et boyaux où les jeunes mains de mon frère plongent de temps à autre, selon les encouragements et découragements, dix doigts gourds, ronds comme des saucisses, incapables de rien distinguer qui ne soit pas la bête absence d’une peau contre la sienne, une vraie peau de vrai frère qui suinterait tout son saoul dans les vallons de son corps campagnard, engraissé peut-être aux soins de la Tante-En-Toge-Fleurie, mais surtout dans l’attente des illuminations de la ville du bas, toujours plus bas sur la carte épinglée au-dessus du bureau de l’Astucière… Voguons à l’aventure vers l’île, a dit mon bête frère, rares mots exultés à l’apogée de sa prise de la parole nouvelle, à la vue entoilée de photos d’hommes se prêtant des desseins aussi explicites qu’il est possible de le devenir aux yeux exorbités de mon faux frère, une orbite magnifique d’explorateur, juré salivé craché, je pourrais en témoigner en difformes attestations si la Tante-Aux-Prises s’avisait de se connecter sur mon avis tempéré plutôt que de se mécontenter de celui du tiers frère, sévère, dur et long, étalé contre la porte du garde-manger, revenu de tout et particulièrement des travaux solitaires de la journée qui comme les précédentes l’ont convaincu de ne pas placer d’espoir dans le Joufflu, trop de risque de pertes, dit-il, une ancre de trop! Alors qu’il suffirait évidemment de laisser le courant l’emporter! Et vogue ma vigilante empathie! Puisqu’il est plus vide encore qu’ils ne le pensent, la Juge et son Jury, en manque de l’attendrissement qu’ils enragent peut-être de ne pas pouvoir produire chez cette bête-là, cannibale sans doute, cannibale avec doute? Cannibale du doute? Et s’il n’y avait rien à espérer vraiment à composer avec cet air-là, absent et émoustillé à la fois, du faux frère au comptoir sans menu pour emporter, au déversoir plutôt où gît spacieux Joufflu, pris cet après-midi en flagrant délit d’introduction d’un goulot là d’où ne devrait rien sortir que la satisfaction d’une alimentation saine, paisible, maternée aux fourneaux de la Tante-Aux-Nutriments-Essentiels, rejetés à l’état d’en-attendant-mieux par des désirs incompréhensibles? Une ville à se mettre au plus creux, pense-t-elle pour s’en détourner le sens, au lieu d’une campagne à se mettre sous la dent, au lieu d’un avenir dans les hauteurs d’une poursuite de la tradition chantante, jointée dans ses temps durs par la grâce du souvenir de l’adoption providentielle d’un avenir, un à-partir-de-maintenant qui serait tout à coup prêt à sortir avant la haute saison, si vite, si vain, si vide? L’inculpé! Le sans-gêne! S’il faut en croire ce qu’elle sait, se répète-t-elle pour bien en inventer l’harmonique avant la reprise, et elle sait qu’il faut croire, notre Tante-Aux-Rondes-En-Quatre-Temps, ce laisser-aller ne s’est jamais vu, ce laisser-aller ne s’est jamais pu! Et pourtant ce doit être l’angle ingrat du four vers le comptoir qui lui fait oublier que la langue ne se retient jamais de fouiller le trou sitôt la dent tombée et le doigt de tester à répétition les mailles dans le tricot pour savoir et sentir ce qu’un tunnel nouveau promet, qu’elle se refuse bien d’emprunter en l’honneur d’une décision déjà éprise à l’orphelinat de nous aimer dans les limites de son domaine qu’elle veut bien entretenu, n’est-ce pas trop demander, la raison, l’arraisonné de la tentative de fuite de Joufflu qui n’en sait rien, qui obéit guilleret à l’agenda familial d’évacuer et de s’en moquer, poussant singulièrement ses honteux débordements adipeux jusqu’à ne pas désirer procréer en nos insecticides contrées? Moi je ne désire que ça, que ça m’arrive de nulle part, mais plus vite que ça! Sauf qu’on ne m’a pas invité comme arrêtiste mais comme spectateur de l’emballement de la Tante-En-Communion, bonne à croquer, fraîche du jour éternel de notre sélection triple A, soudain tout sourire, à présent emballée, livrée pour le faux frère, prête à écoper notre beau grand bateau pour une bouchée d’elle-même mâchée par le vrai fils qu’elle se pétrit, une bouchée qui doit paraître désirée davantage que la fuite par l’arrière-pays, vers la basse-ville… et le Joufflu de ne pas saisir la viande qu’il ne flaire même pas, fidèle à son habitude fidèle à rien, rien qu’il ne puisse nommer autrement qu’en images reçues du monde déversé sur nos têtes de l’au-delà, de l’au-dessus, de l’eau d’ailleurs… Je flaire l’insuffisance de Dieu sait quoi, mais qu’il m’en soit délivré à la première heure! D’ailleurs où se trouve désormais l’enfance qu’il a volée, tout bien considéré, en rétrospection du compte de la Tante-En-Souffrance : l’issue est trop claire à mes yeux aussi incrédules devant l’assurance du mouvement de la bouteille par-devers les fesses de mon frère, plus tôt, sous le soleil radieux de l’après-midi champêtre, qu’à présent devant l’assurance du mouvement nocturne de la tarte du fourneau hors de son moule vers ses joues rondes, recouvertes de la brûlure rouge fraise que lui inflige la Tante-En-Elle-Même, pour elle-même, barbouillant son bien mal tourné au nom de la vie qu’elle s’était imaginée toute jeune déjà : triomphante, pas joufflue mais rétive, résorbée, découvrant dans des livres sans images la possibilité historique de son insoumission à l’animal suant qui faisait couiner sa mère… répétitions dûment effectuées dans le sommeil agité qui est le sien jusqu’à preuve du contraire… jusqu’à moi les dérobant en mes oreilles avides, voleuses, cireuses, crissant ce soir sous les cris du frère stoïque qui retient la Tante-Hors-de-Ses-Gonds, sous les cris du frère faussé qui pleure le sucre perdu de cette tarte où il aurait bien voulu s’enfouir, en ce cocon de pâte, avant de s’accrocher en souvenir sur le mur du passage qui mène de la chambre à la cuisine, de la cuisine à la chambre, de la chambre à la cuisine, de la cuisine à la chambre… Le verdict n’attend pas autant qu’il ne s’étire vers un horizon dont mon frère n’a rien à torcher, occupé qu’il va être toute la veillée à réconcilier sa faim et le ménage à parfaire de la cuisine dévastée, minusculisée, une bouchée pour le Joufflu, une bouchée pour le compost, lavant le sol de sa langue pendue de n’avoir rien dit qui vaille; c’est bien de valeur, mais il n’y a rien à retirer de cette expérience si elle ne le mène pas à vomir toute cette pâte, couché dans les éclats d’aluminium, libérant enfin un passage bien net en lui du derrière à l’avant, où pourrait s’engouffrer le vent du large qui l’emporterait par le hublot au-dessus de l’évier, par la voie royale! J’assure sur la tête du père fantôme qu’il ne m’est venu à fleur de peau de laisser cendrilloner Joufflu qu’en envisageant la fervente fidélité à ces mots reçus en bonne blague : faux frère… et comme il est doux de conquérir ce que je ne savais pas être libre… et comme j’ai vu la Tante-Aux-Pesées réussir une tarte sans la cannelle léchée avant la cuisson par son humble serviteur, impuni! Comme la chance m’en aura montré, des choses arrivées comme l’on part, sur un coup de tête-à-queue, après quoi tout est à recommencer! Comme quoi l’enfer est pavé de bonnes inventions sans brevet, dont je m’emparerai dès demain, dès cette nuit, dès l’instant où je pourrai retrouver le bon sens que la Tante-Entière m’a légué – faux : que j’ai pris de force, à force, à tour de bras d’y regarder de près : un faux frère, c’est bien bon pour prévoir et pour prévenir et pour guérir! Pour avancer stoïque, unifié de l’enfance à la ville qu’il faudra bien épurer des ondes barbouillées de libertés qu’elles ont inventées en moulant la forme des nuages, sans que le creux de l’hiver ne m’empêche de rouler ma bosse, il faudra colmater la fuite, le Joufflu : il faudra te rentrer la queue par en-dedans!