Dormir en novembre


, p. 54-58.

on regarde le rétroviseur

le plus souvent possible

T.C.

 

 

  1. Des visages, des figures, nous sommes nus sur le carrelage. Ni deuil, ni fuite, simplement nus, dans nos mains, des allumettes à lancer par la fenêtre, le bruit de l’extinction, des visages, des figures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Nous visiterons des lieux inhabitables, ceux où l’on brise en silence des rotules d’un seul coup de langue, loin de la blancheur du regard. Nous visiterons des lieux inhabitables car c’est peut-être là-bas que réside l’unique manière de ne pas mourir d’un coup de langue.
  2. L’impatience des poissons : il y a là bruit et musique car on ne peut écrire l’impatience des poissons que dans la méconnaissance de sa signification.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Nous fracturerons nos doigts à coups de langue et de sabots de Denver. Je sais, Karianne, je l’ai déjà écrit comme j’ai déjà hurlé pluie, chat, Winchester, drone, allumette, ménisque, friction… Mais que dire de plus lorsque le coup part comme un chevreuil qui tombe?
  2. Pendant que j’ai l’omniscience fatiguée de mon attention constante portée aux choses, pendant que nous visiterons des lieux inhabitables où il sera possible de se tuer pour rejoindre Nelligan et de boire des liquides fuyant par l’aorte, je n’arriverai toujours pas à comprendre comment Desbiens écrit de si beaux poèmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Qu’y a-t-il avant le geste Roxanne? Un visage? Une figure? Il y a certainement un continent, quelqu’un quelque part connaissant la réponse, mais ici nulle trace d’une panique qui te renvoie par le vent. Mais Roxanne, qu’y a-t-il avant le geste?
  2. Nous avons déjà écrit un poème exquis au verso d’une vieille facture, quelque chose comme nos corps entre les réverbères / les talons assez hauts pour éviter la neige / nous cherchons les gares abandonnées / où l’on pisse parfois en solitaire. C’était peut-être le seul et dernier hasard, un Coup de dé au visage de l’échec.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. J’ai failli mourir quatre fois. Mais je ne connais que l’ellipse qui est à la base du huit et des fleuves. Je ne connais que la perte et les feux éteints, le besoin de dormir en novembre et les mains qui caressent la nuque sans garder la mémoire des flammes. Tu es nue sur le carrelage et je te dis tout bas j’ai failli mourir quatre fois.
  2. Je vous ai menti : je n’ai jamais trouvé les lacets de Sarah Kane dans une benne à ordures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Nous tournons la page d’un livre comme on enterre son père. Sans pleurs, ni paroles. Sans connaître la signification d’enterrer son père, nous tournons la page d’un livre qui parle de poissons et de figures, de gares abandonnées et de visages. Même nu, je n’abdiquerai pas.

Déserter la chair


, p. 44.

Notre corps est un souvenir

qui n’a plus de fenêtre.

Ce n’est pas la peine de courir,

l’espace se soulève tout seul pour nous

F. Charron

 

j’ai vu mourir l’hiver

enroulé vers l’intérieur pigeons

d’argile sur ma tempe

 

ta voix gagne l’os

vire sur ses gonds

s’affaisse au creux des ligaments

Frictions


, p. 23-26.

je marche avec la précision du cerf blessé
dans les sentiers de poudre noire

à l’orée des lampadaires
je laisse mourir une bête qui hurle

 

 

 

 

 

 

je me tiens où la terre s’arrête
loin des trottoirs usés par la marche des chiens

je suis une meute à rebours
qui s’immole à mi-voix

 

 

 

 

 

 

je braque mes phares sur les loups
comme on entre dans une banque

l’attentat fera pleurer les vitres

L’infini mis à la portée des chiens


, p. 22-24.

 

à Y. Taschereau

je veux entendre l’entrechat résineux
des mâchoires qui craquent sous les sabots de Denver
l’écorce dépecée d’une bête atteinte
dans la boîte du pickup

que s’effondrent les drones
dehors le bétail salive 

 

 

 

               si on détache la chair de mes mains
               jusqu’au dernier mécanisme
               qu’on la prenne pour appâter les chiens
               rescapés du passage des moissonneuses

               les saules avaient raison
               la douleur a besoin de moi

 

 

 

en cuillère contre le lac
je hurle à perte de vue
l’extinction des armes blanches
les vautours tournoient comme un barillet
dans l’attente du prochain os

Au consulat de la grande ourse


, p. 10-12.

veines ouvertes sous les ongles

nous tordons meutes
et méridiens de papier
au tournant des abattoirs

avalant les bidons d’essence 
nous attendons la grenade

 

 

 

 

ton corps de drone affamé 
entre planèze et charpente 
craque comme une allumette

tu t’égorges en ciseau
au consulat de la grande ourse 

 

 

 

 

sous les draps en berne
notre cible aiguise les saccages 
des hivers abattus

je cueille ton corps
comme on avale le verre brisé 

l’impatience des poissons


, p. 8-10.

                 

                      nos corps                                 algorithmes
                                                                                          dans l'espace
       
       la conspiration
                       des météores

 

   l'air          (hantise)

 
                                                             

                                                            quelque part
                 

                     la démesure
                         des placebos
                                                       
                                                          en exode

 

 

                       les frontières 
                                                   du smog
                                                         trajectoire 
                                                                   des balles
                                                              perdues

 

                                  loin la
                            fureur

                                                    la parole
                                                                multipliée

 

 

                                           le désordre des
                                    échafauds

 

                      tiension des 
                                           corps                          funambules
                 limites de 
                                                        la fulgurance

 

                                                                               sur la ligne
                                                                          de risque

 

                                                    l'échantillonage de
                           l'absolu total

 

Vide et vertical


, p. 8-11.

l’esquisse et la
soif de sédiments

un spasme tiède
                       et nu
       délit vertical
de la perspective
au fond de la
gorge
l’énigme blessée
« la figure blanche
de l’espace»
la lenteur des
dépôts                de
calcaire
l’espace vide
une palissade entre
le cloaque
             incendié du
                           regard et
le vierge
             ton silence
un gouffre vide
et mou
précaire comme
une bête de cirque
interdite et dépossédée
de la surenchère
du langage
l’échec de la
figuration (et du
(parti pris des
choses) en            proie
au génocide
ton silence morne
des fosses de
néant

Point de fuite


, p. 65.

Tu nages dans
la nuit
narcotique
comme un drone qui cherche
sa cible.

Le regard dans
le collimateur tu
te demandes qui
aura les prochains
points de suture.

À la télé
l’animateur parle
de l’embargo
américain.

Tu cherches tant
bien que mal
un peu d’oxygène
mais il n’y a que
des métastases
et ta blonde
est partie
avec les derniers
valiums.

Et viendra l’alchimie


, p. 21.

Les brancards
écartés à l’estuaire
de tes lèvres            coagulées
n’ont pas
oublié nos
        folies réciproques
qui somnolent
entre les
coussins du
canapé.

 

Tu fais
l’amour comme
on tourne
une page.

 

      Exit l’ambulance
et viendra l’alchimie.

 

Détour cérébral


, p. 65.

Au pub du
libraire Olivieri est
encore saoul.

« J’ai écrit
deux poèmes, j’
ai écrit deux poèmes
! » (
Il dit ça
comme Ionesco
ivre?)

Il vomit des
pages blanches et
personne
ne voit le rhinocéros
écrasant les
boules de papier
froissées qui jonchent
les murs de
sa tête.

Smog


, p. 50.

Ma rengaine
     de carte
          postale coagule
          en cauchemars
          idylliques sous les
gyrophares insomniaques.

Le besoin de
se tuer                               (pour rejoindre
     Nelligan) rampe
dans les égouts
de mes idées
en jachère.
                          Le coup
                          est parti comme
                          un chevreuil
                          qui tombe.