Existence poussiéreuse


, p. 48.

Le cul posé

Sur une chaise branlante

D’un café cheap

Je cherche le bouton recul

Dans le film à mauvais budget

Qu’est ma vie

 

Mes souvenirs sont poussiéreux

Avec l’âge

Les épousseter est devenu trop fatigant

Mon seul balai

S’est effrité à se frotter

Aux saletés de mon existence

Réflexion misérable


, p. 26.

Quand vous dites voir la confiance
Transpirer hors de ma personne
Je m’esclaffe
D’un rire à vous jaunir les dents
De ceux qui déchirent les entrailles
Comme si j’avais avalé le clou
Qui rive à mon torse
Cette réputation

Mais vous avez raison
Elle coule hors
des pores
de ma
peau

Et je la regarde s’éloigner
Un goût de sang au fond de la gorge